Rétrospectives 24 Heures 2017

10 - Août - 2017

l’abécédaire d’llatou

Les 24 Heures du Mans sont dans nos rétros, et alors que les organisateurs préparent la 86e édition nous avonsdécidé de vous faire revivre cette course grâce à un Abécédaire, reprenant les faits marquants de cette année. Aujourd’hui les lettre P à T.

P comme Porsche

Porsche sort grand vainqueur de cette bataille des constructeurs après une course à l’abandon dans la classe reine. Cependant tout n’a pas été facile car les Porsche étaient en-deçà des performances des Toyota. Ce qui les laissèrent en troisième et dernière position à la suite de problèmes mécaniques de la catégorie. Cependant Le Mans a fait son tri et au bout de la 10e heure la Porsche numéro 1 passait en tête alors que la numéro 2 était en pleine remontée (16e) après avoir remonté trente-neuf places. A trois heures de la fin de course la voiture de tête s’arrêtait en bord de piste et abandonnait ce qui laissait envisager la victoire d’une  LMP2. L’équipage de la numéro 2 ne l’entendait pas ainsi et a tout fait pour remonter son handicap. On connaît la suite et la magie du Mans a une nouvelle fois opéré. Reste que cette victoire de l’écurie allemande risque bien d’être la dernière d’une longue série car le constructeur a décidé dans le courant du mois de juillet de renoncer au championnat du monde d’endurance pour des raisons économiques. Jusqu’à quand ? Nul ne sait ! Après le retrait d’Audi, celui de Porsche est un nouveau coup dur pour l’ACO et les 24 Heures du Mans. Souhaitant que cela n’affecte pas la renommée et le succès populaire de la prochaine édition.

Q comme Quand

Quand est-ce qu’aura lieu l’édition 2018 : les 16 et 17 Juin ? A voir.

R comme Riley

Riley fait partie des quatre châssis autorisés en LMP2 (+Ligier, Oreca et Dallara). Cependant la voiture n’est pas un franc succès, car la seule Riley alignée a fini dernière de la catégorie et avant-dernière au classement général à la suite d’accidents et de problèmes techniques.

S comme Slow Zones

La Slow Zones est une (des) zone(s) sur la piste où un incident a lieu et où les commissaires de pistes doivent intervenir sans toutefois mettre en place une procédure de Safety Car, car la vitesse des voitures est limitée à quatre-vingt km/h dans la zone en question ce qui permet aux commissaires d’intervenir sans soucis. Cette année le circuit a été sous procédure de Slow Zone pendant 4 heures 51, soit 4 heures 51 en moins d’intervention du Safety Car et donc d’interruption du spectacle.

T comme Toyota

Comment parler de Toyota au Mans sans évoquer le terme de malédiction pour la firme nippone. Car cette année encore Toyota avait tout fait pour gagner et pourtant la marque a fini la course de façon décevante pour ses dirigeants et fans du constructeur Japonais. Tout était pourtant parti du bon pied avec trois autos, une première depuis le retour de la marque en 2012, et une pole position d’anthologie avec un record du tour battu. Un début de course tonitruant. C’est seulement au bout de la neuvième heure de course que cela à commencé à se dégrader avec la numéro 8 qui se retrouvait trente-cinquième suite à un problème mécanique, puis l’enfer continuait avec une heure plus tard l’arrêt en piste et l’abandon de la Toyota numéro 7 qui était alors en tête de la course. Et comble de malchance une vingtaine de minutes plus tard c’était le tour de la numéro 9 de Nicolas Lapierre qui était percutée par un autre concurrent ce qui endommagea la voiture et la força a l’abandon. Le seul petit point positif est que la numéro 8 a réussi à franchir la ligne d’arrivée mais seulement en 8eme position. Espérons que Toyota ait de nouveau les armes pour gagner l’an prochain, ce qui devrait être favorisé avec le retrait de Porsche. 

(à suivre)

Crédits photos : Christophe Brasco

Recherche similaire :

Les 24 Heures camion au Mans

une belle fête sportive et populaire Ce week-end les...

Rétrospectives 24 Heures...

l’abécédaire d’llatou Les 24 Heures du...

Rétrospectives 24 Heures...

l’abécédaire d’llatou Les 24 Heures du...