« Un avion sans elle » de M. Bussi

12 - Août - 2017

Passionnant et machiavélique ! 

Il y a quelques semaines je vous ai présenté « Les Nymphéas Noirs » de Michel Bussi et je suggère aujourd’hui un autre ouvrage de cet auteur : « Un avion sans elle ». Tout aussi formidable.

« Dans le civil » Michel Bussi, est géographe, professeur d’université à Rouen. Et s’il n’a sans doute pas manqué sa vocation d’enseignant il en a, c’est certain, gagné une autre, celle de romancier. Ses livres policiers font un tabac lors de leur parution en librairie et il collectionne les prix dont « le Prix Polar Michel Lebrun » à la 25e heure du livre au Mans, mais aussi à Cognac, « le Grand prix Gustave Flaubert » ou encore « le Prix Goutte de Sang d’encre » de Vienne. Et celui dont je vais vous parler aujourd’hui à obtenu « le prix des Maisons de la Presse en 2012 » ainsi que « le prix du Meilleur polar francophone ». Il s’est d’ailleurs vendu à quelques 200 000 exemplaires et est déjà traduit en 13 langues. Dans quelques temps je vous proposerai un autre ouvrage du même auteur « Ne lâche pas ma main », élu pour sa part, « livre du mois de mai du prix Relay des voyageurs Europe 1 » … à croire que je suis devenu addicte. Ce n’est pas faux !

Une agrégation « policière » ?

Il faut dire que docteur d’université Michel Bussi est en passe désormais d’obtenir son agrégation policière ! Et nul doute qu’il vous séduira, vous aussi, au cours de vos vacances, je parle du livre. Il aurait d’ailleurs pu choisir, en guise de clin d’œil, un autre titre pour cet ouvrage : « Un avion sans a.i.l.e.s » car vous l’avez compris l’intrigue se déroule à partir du crash d’un avion de ligne. Cela se passe dans le Jura dans les années 1980, ce qui n’est pas sans rappeler une autre catastrophe aérienne à la même époque, dans la même région, en l’occurrence celle de l’Airbus du Mont-Saint-Odile où là aussi tous les passagers de l’appareil s’étaient transformés en poussières d’étoiles.

1 500 crashs en 40 ans … 25 000 victimes

Dans l’accident qui nous intéresse, un parmi plus de mille cinq cents au cours des quarante dernières années (et plus de vingt-cinq mille victimes) les sauveteurs vont découvrir à la stupéfaction générale que la seule survivante est une petite fille de trois mois seulement. Problème, deux enfants de cet âge figuraient sur la liste des passagers au départ d’Istambul en Turquie et à l’annonce de l’extraordinaire nouvelle deux familles vont la revendiquer et se déchirer pour se l’approprier.

Dix-huit ans plus tard …

Les années ont passé et dix-huit plus tard, le bébé est devenu une belle adolescente et la question reste entière, le mystère n’ayant jamais été résolu. Qui est-elle ? Une question à laquelle tente de répondre un détective dont le nom à lui seul est tout un programme, Crédule Grand-Duc un curieux hibou que celui-là. Toutes les hypothèses ont été échafaudées sans qu’aucune ne fasse éclater la vérité jusqu’au jour où un vieux carnet de notes resurgit et qu’un jeune homme amoureux de notre adolescente (peut-être sa sœur ?) va se joindre à l’enquête. Avec succès.

Le polar de l’été

L’intrigue est machiavélique à souhait, les rebondissements multiples et la fin inattendue. En somme tous les ingrédients nécessaires à un bon polar de l’été. Vivement le prochain !

So-Ho

« Un avion sans elle » de Michel Bussi chez Pocket – 572 pages

Recherche similaire :

Hapsatou Sy, à 24 ans...

des doutes, des joies et des échecs Parmi les nombreux...

L’écrivain E.E Schmitt

à l’Abbaye de l’Epau le 12 septembre  ...

Graham Greene : Notre...

Un pur régal à déguster sur la plage, sous un...