Rencontre avec Ludovic Leondi

03 - Septembre - 2017

Illustrateur de talent

A Ilatou nous connaissons bien le garçon que nous vous présentons aujourd’hui. Et pour cause ! Depuis le début de l’été il est stagiaire au sein de la société et s’il n’est pas dans nos habitudes de parler de nous il est des moments où il faut savoir transgresser cette règle lorsqu’une information mérite d’être dévoilée. La pudeur de l’intéressé dut elle en souffrir. 

Vous pourrez d’ailleurs juger par vous-même et convenir que nous avons la chance d’héberger une petite pépite comme on n’en trouve pas tous les jours à chaque croisement de rues. L’homme étant discret, de cette humilité qui caractérise souvent les personnes talentueuses, nous aurions d’ailleurs pu tout ignorer de ses aptitudes si une indiscrétion n’était parvenue à nos oreilles. Gérer l’infographie du site, créer des logos, des flyers, des pubs, etc. c’est une chose, et il s’en acquitte à la perfection depuis son arrivée, mais derrière cette façade professionnelle nous avons découvert que Ludovic cultivait un jardin secret. Intime. Celui de l’illustration. Et pas à la façon du dessinateur du dimanche. Les quelques images que nous avons sélectionnées dans son portfolio parlent d’elles-mêmes et en disent plus qu’un long discours et en les découvrant vous conviendrez qu’il n’est pas accordé à chacun de posséder un tel don.

Un don inné

Car si le dessin, comme la musique, l’écriture, la peinture, réclame beaucoup de travail, un engagement de chaque instant, le talent est aussi chez certains le fruit d’un don. Il est inné. Et le produit d’une passion, de celle qui invite l’artiste à se dépasser, se transcender. Tel Obélix tombé très tôt dans la marmite contenant la célèbre potion magique inventée par le druide Panoramix « Ludo » a très vite baigné dans le dessin grâce à son père, boulanger, qui délaissant le fournil quelques instants dessinait pour ses enfants et qui chaque soir, alors que certains parents lisent une histoire pour endormir leurs chérubins, préférait leur offrir un petit dessin. Comment voulez-vous avec une telle hérédité, pas celle qui consiste à pétrir le pain, ne pas aimer crayonner. Résultat le bambin apprit à dessiner en même temps qu’à écrire.

La rencontre avec une écrivaine

Comme beaucoup d’autres cependant, ce qui n’était à l’origine qu’un hobby n’a jamais débouché sur une école d’art plastique où une quelconque académie des Beaux-Arts et Ludovic appartient à cette espèce que l’on qualifie « d’autodidactes » en référence à ces chefs d’entreprise dont le seul diplôme est le plus souvent un certificat d’études et qui font d’excellents managers. Les hasards de la vie, les échanges, la curiosité ont fait le reste sans oublier cette belle expérience au cours de laquelle Ludovic a animé des ateliers de dessin et de bandes dessinées à des enfants de 7 à 15 ans. Un peu plus tard grâce à la maîtrise de certains logiciels notre infographiste à découvert un autre univers, magique, mystérieux, celui d’illustrateur de romans, puis de BD. Il y a eu notamment, à Poitiers, voici peu, lors d’un salon du livre la rencontre avec l’écrivaine Morgane Pinon qui a un peu décidé de tout. Et chamboulé son existence. Avec elle il va entamer une collaboration qui débouchera sur une saga illustrée en trois tomes. Aujourd’hui, ils collaborent à nouveau ensemble pour un nouveau projet destiné plus particulièrement aux enfants avant espère-t-il « me lancer sérieusement dans la BD ».

Un brin facétieux

Jovial, notre web Designer âgé de 34 ans l’est assurément, imaginatif également comme l’atteste son portfolio où il écrit non sans humour « En 2021 je lance ma première agence de graphisme, en 2025, j’intègre le cabinet de la candidate à la présidentielle Sylvie Tauvin, poste que j’occupe jusqu’en 2032 où je choisis alors de créer ma deuxième agence avec laquelle je vise l’international ». Ce qui résume bien le personnage : faire les choses sérieusement, sans se prendre au sérieux. En fait je crois surtout que derrière son aspect d’éternel adolescent se cache une âme d’enfant, curieux, faisant son miel de ses différentes rencontres et désireux de nous faire partager son monde imaginaire et fascinant. Il y a comme cela des personnes, fruit d’une rencontre éphémère, qui vous marquent comme à nulle autre pareille. Merci Ludo et surtout continue à nous faire rêver.

Jean-Yves Duval

Site de Ludovic Léondi : ici

Recherche similaire :

Passez les fêtes de fin...

en compagnie de l’artiste Olga Barte Les fidèles...

A Montfort le Gesnois le...

se tenait une très belle exposition motos Le week-end...

La forêt de Bercé

terrain de jeu favori de Daniel Girard Ce massif forestier de...

Basket, MSB

Entre nous et Christophe Le Bouille ... Q. – Vous...